Depuis la crise financière de 2008, le marché des prêts alternatifs a connu un essor spectaculaire et joue maintenant un rôle essentiel dans l’économie des petites entreprises.

Les petites entreprises du Canada recherchent de plus en plus des solutions bancaires en dehors des institutions bancaires traditionnelles qui peuvent offrir des options plus réalisables.

Tous les jours, je vois des emprunteurs de petites entreprises reconnaître la flexibilité que les prêteurs alternatifs ont à offrir et qui permet à ces sociétés de prospérer à leur tour.

En 2015, le contributeur de Forbes, Chris Myers, a estimé dans son article, « La clé de la réussite des prêteurs alternatifs est la différenciation », qu’il y avait 1 300 entreprises opérant sur le marché du financement alternatif et que ces entreprises étaient toutes en concurrence pour un pour cent du marché global.

« Avec autant de joueurs qui se disputent une si petite part du marché, les consommateurs ne peuvent être que submergés. Même les organisations qui ont essayé de se concentrer sur des secteurs d’activité spécifiques sont maintenant obligées de concurrencer un nombre toujours croissant de clones afin d’atteindre des clients potentiels », a écrit Myers.

En revanche, les banques traditionnelles comptent 6 500 entreprises qui se partagent les 99% restants du marché global.

Comment est-il donc possible de se démarquer en tant que prêteur alternatif sur le marché d’aujourd’hui, avec autant de joueurs qui se disputent seulement un pour cent du marché ? Comment attirer les clients vers votre entreprise ?

Myers explique dans son article que la différenciation est la clé et je suis entièrement d’accord avec cette approche. Afin de se démarquer, il est essentiel d’offrir quelque chose que les autres n’offrent pas.

Pour la plupart, les emprunteurs sont attirés par les prêteurs alternatifs parce qu’ils ne sont pas aussi stricts que les grandes banques. Ils ont des taux d’acceptation plus élevés, plus de flexibilité, des délais d’approbation plus rapides, moins de papiers à remplir et n’imposent pas forcément de restrictions sur la façon dont le prêt doit être utilisé.

Cependant, la plupart de ces propositions sont des normes de l’industrie.

À l’avenir, les prêteurs devront envisager d’offrir à leurs clients l’accès à des plans financiers et à des services consultatifs. Peut-être même envisager d’abaisser les coûts pour acquérir et conserver leurs clients, d’élargir la portée et la gamme des produits offerts ou de réduire le coût global du capital.

Les prêteurs devraient également s’intéresser sérieusement à la façon dont ils entrent en contact et interagissent avec leurs clients potentiels. Avec un marché aussi saturé, il est essentiel de nouer des relations sérieuses avec les emprunteurs.

Avec l’essor de cette industrie, nous devrions assister à l’apparition d’encore plus de sociétés de prêt sur le marché. Afin de rester compétitifs et d’attirer une nouvelle clientèle, les prêteurs doivent donc trouver des moyens de se démarquer du reste.

Publicités