Même les personnes honnêtes peuvent avoir une mauvaise cote de crédit. De nombreux facteurs peuvent venir entacher la cote de crédit d’une personne et ceux-ci échappent souvent au contrôle de l’emprunteur.

Il y a évidemment des gens irresponsables qui atteignent leur limite de crédit et qui ne font aucun effort pour rembourser ou réparer les dommages. Mais que ce soit des travailleurs indépendants, des chômeurs, des nouveaux immigrants ou des propriétaires d’entreprises, tous se heurtent souvent à des obstacles lorsqu’ils ont affaire à des prêteurs traditionnels.

Cependant, il existe des façons de rétablir et de reconstruire une mauvaise cote de crédit, et il existe également des options de prêt offertes dans le secteur du financement alternatif.

Pour les particuliers, la seule façon d’améliorer une mauvaise cote de crédit est d’adopter des pratiques financières judicieuses et de s’y tenir. Vérifiez votre score de crédit via TransUnion Canada ou Equifax Canada et assurez-vous que votre historique de paiement est exact. Payez toujours vos factures à temps et en totalité, si possible. Tentez de faire passer votre dette de crédit à moins de 75 pour cent de votre limite de crédit. Dans le pire des cas, embaucher un conseiller en crédit peut vous aider.

Obtenez une carte de crédit sécurisée, où vous payez une somme au prêteur et empruntez avec cette somme comme garantie. Faites des paiements réguliers et en deux ans, vous pouvez être admissible à une carte de crédit normale.

Je me suis rendu compte du potentiel de travailler avec des particuliers et des entreprises ayant des problèmes de crédit lorsque j’ai commencé dans le secteur du financement alternatif. Aujourd’hui, le financement alternatif joue un rôle important sur le marché hypothécaire du Canada, et permet aux personnes ne pouvant pas obtenir de prêt auprès des grandes banques pour réaliser leurs rêves et leurs objectifs.

Les problèmes financiers du prêteur hypothécaire non bancaire, Home Capital Group, ont été repris par les médias dernièrement. Mais dans l’ensemble, le secteur des prêts alternatifs s’est avéré être un modèle de prêt solide.

« De nombreuses personnes n’ont tout simplement pas les documents nécessaires pour se rendre dans une banque et obtenir une hypothèque en 60 secondes car ils ne rentrent pas dans le moule », a déclaré le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz lors d’une récente conférence de presse. « Ce secteur du prêt alternatif rend un grand service en comblant ce vide… et comme vous pouvez le constater grâce aux statistiques publiées, ces sociétés proposent des taux d’intérêt très, très bas, et c’est donc un secteur d’activité qui fonctionne très bien ».

Un courtier hypothécaire peut vous aider à trouver le meilleur taux possible ou un prêteur qui est prêt à travailler avec des emprunteurs à risque élevé.

Nous entendons beaucoup parler de crowdsourcing en ce moment. C’est l’une des formes les plus récentes de financement alternatif et cela a aidé des gens à payer des factures médicales inattendues, à financer des projets cinématographiques et à faire voir le jour à de nouveaux produits.

Il existe plusieurs formes de crowdsourcing. Dans le financement participatif (ou crowdfunding) basé sur des récompenses, les personnes qui investissent dans la campagne reçoivent quelque chose en retour, comme une version anticipée avant la commercialisation du produit financé ou d’autres objets de valeur. En ce qui concerne le crowdfunding basé sur des actions, les entrepreneurs peuvent recueillir le capital nécessaire de la part d’investisseurs en échange de parts dans la société.

Tout cela pour dire que même avec une cote de crédit loin d’être exemplaire, il existe des options ne nécessitant pas de passer par des banques.

Publicités